AD INFINITUM – Chapter II – Legacy

Chronique : AD INFINITUM - Chapter II - Legacy

Date de sortie : 29 octobre 2021

Genre : Metal symphonique

Label : Napalm Records

https://adinfinitumofficial.com/

Seulement 1 an et demi après son premier opus, AD INFINITUM est de retour avec son nouvel album Chapter II – Legacy.

Lire aussi : Interview | AD INFINITUM – Entretien avec Melissa Bonny

Si vous aimez le metal symphonique et le power mélodique, il y a fort à parier que vous avez entendu parler d’AD INFINITUM. Créé seulement en 2018, le groupe a pu signer dès le départ un deal avec le gros label Napalm Records, lui permettant de bénéficier d’une promo importante. Il faut dire que la maison de disque autrichienne a eu le nez fin en intégrant le projet de Melissa Bonny. Chapter I – Monarchy a été plébiscité par les fans du genre, grâce une écriture et une production de qualité assez impressionnante pour un premier album. Alors est-ce que ce Chapter II – Legacy, qui nous emmène dans le monde de Vlad l’Empaleur, dit Dracula, est à la hauteur de son prédécesseur ?

Dès « Reinvented », le titre d’ouverture, on retrouve avec bonheur la voix sublime de Melissa Bonny, entre douceur et agressivité. AD INFINITUM propose un metal symphonique plutôt moderne, sans voix lyrique, mais avec un chant clair soutenu par des growls. On est donc assez loin d’un classique du genre comme Nightwish, auquel on colle pourtant la même étiquette. Beaucoup de fans de metal se sont demandé comment on pouvait encore créer un groupe symphonic metal « à chant féminin » en 2020, un style qui peut paraitre éculé, voire démodé, depuis quelques années. Toutefois, AD INFINITUM s’est lancé avec succès en apportant en plus à la recette de base un peu de power, de metal moderne/djent et bien sûr le chant crié, finalement peu courant chez les chanteuses sympho.

L’une des grandes qualités d’AD INFINITUM est son sens de la mélodie et sa facilité a écrire des titres catchy, aux refrains mémorables. « Unstoppable », premier single de l’album, en est un bon exemple. Ce titre, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, jouit d’une efficacité redoutable qui pousse inlassablement à la réécoute. Le troisième morceau, « Inferno », tout aussi mélodique, ralentit le tempo pour nous proposer une power ballade à l’instrumentation heavy et symphonique bien dosée. La guitare reste l’instrument dominant avec le solo d’Adrien Thessavitz, jamais noyée sous une couche trop épaisse d’orchestration.

Car des guitares il y en a bien dans ce Chapter II – Legacy. Sans s’éloigner de son style originel, le combo intègre de nouvelles influences. « Your Enemy » et « Into The Night » présentent le groupe sous son jour le plus heavy, sans renier ni mélodies ni arrangements sympho. Associées aux screams de Melissa, on peut dire que la formation a musclé son jeu en s’inspirant du modern metal actuel, jusqu’à se laisser aller à un petit breakdown sur ce dernier. Plus surprenant encore, « My Justice, Your Pain », où le metal côtoie une rythmique pop-punk assez jouissive. Un vent de fraîcheur bien agréable qui permet là encore de distinguer AD INFINITUM de la concurrence.

Le groupe aime aussi nous présenter des morceaux plus lents, à l’instar du single « Afterlife ». Pour la première fois, la formation invite un autre chanteur, Nils Molin (Amaranthe, Dynazty) pour un duo vocal assez puissant. Mais « Son of Wallachia » pourrait bien lui piquer le titre de la meilleure ballade. Atmosphérique et cinématique, ce titre pourrait figurer sur la bande originale d’un éventuel film sur Vlad l’Empaleur, grâce à sa mélodie entêtante et intense et à ses paroles exprimant le combat du héros pour retrouver sa terre bien-aimée, la Valachie.

La narration est une part importante d’AD INFINITUM, qui choisit comme thème principal un personnage historique. Si la vie du prince roumain ne parle pas à tout le monde, le comte Dracula, son alter ego fictif, si. « Animals » évoque sa part sombre et légendaire dans une chanson vampirique, où la vie éternelle reste une tentation irrésistible malgré les sacrifices qu’elles impliquent. Chapter II – Legacy se termine par un « Haunted » power épique suivi d’un « Lullaby » heavy, dernier volet d’un livre dont l’histoire perdure depuis des siècles.

Avec Chapter II – Legacy, AD INFINITUM ne déçoit pas. Ce qui a fait le succès du premier opus se retrouve dans cet album, s’inspirant au passage du metal actuel pour redéfinir son propre son. Atmosphérique ou épique, mélodique ou agressive, lumineuse ou plus sombre, la musique nous conte l’histoire fascinante d’un personnage aux multiples visages grâce à une composition et une écriture sans faille. Un album indispensable pour les fans du genre.

Une réflexion sur « AD INFINITUM – Chapter II – Legacy »

Laisser un commentaire