New Years Day + Lowlives // La Maroquinerie, Paris // 28-02-2020

Affiche concert New Years Day Paris 2020

Après un passage en première partie d’Halestorm en novembre dernier, New Years Day était de retour à Paris en tête d’affiche, à la Maroquinerie.

Seulement quelques mois après la tournée avec Halestorm (voir mon article ici), nous avons enfin le plaisir de découvrir le groupe californien en tête d’affiche, et dans une ambiance plus intime. Rendez-vous à Paris en ce vendredi soir, plus précisément à La Maroquinerie, une petite salle que j’affectionne.

Lowlives

D’abord, faisons connaissance avec Lowlives, groupe également originaire de la région de Los Angeles. Si ce nom ne me dit rien, le groupe est pourtant composé de musiciens expérimentés et reconnus dans la scène alternative/post-hardcore (The Ataris, No Devotion, Amen, The Defiled). Le quatuor a sorti un premier EP, “Burn Forever” en 2018, entre alternative rock et grunge. En 2020, plusieurs singles sont dévoilés : “Hey You” ou encore “Bones”. Avant la sortie d’un album ? Le temps nous le dira.

Sur scène, Lowlives délivre un set pêchu, face à un public très clairsemé. Si pendant les premiers titres, la salle reste à moitié vide, froide, au fur et à mesure on dodeline de la tête, on tape des mains. Pas sûr que les fans de New Years Day se ruent tous acheter le merch de Lowlives à la fin, en attendant on ne pourra blâmer la performance du groupe.

New Years Day

La salle est loin d’être comble pour New Years Day… en revanche ceux qui sont venus ne sont pas là par hasard.

Les musiciens entrent un par un, puis Ash Costello arrive sous les acclamations des fans qui la dévorent des yeux (moi perso je suis plus Nikki Misery). Le set débute avec “Come For Me”, single issu du nouvel album Unbreakable. Le morceau est interrompu : problème technique du côté de la batterie. Après un instant, le groupe reprend… avec un autre titre. Bon ok, la première chanson n’est pas ma préférée, mais quand même… Heureusement, l’enchaînement se fait avec “Malevolence”, tiré de l’album du même nom. Le son est plus metal, Ash nous offrant même un scream réussi. Cet album reste très présent dans les setlists du groupe, en effet il restera marquant dans la carrière du groupe.

Entre deux titres, Ash va nous présenter le batteur, Longineu Parsons III, né en France. Elle ne cessera de lui demander de traduire dès qu’elle voudra s’adresser au public. Le pauvre a un peu de mal, alors que la plupart d’entre nous comprenons les demandes d’Ash en anglais. Mais on prend quand même cette petite attention, et le groupe va d’ailleurs accrocher sur la batterie un drapeau tricolore offert par le public. Le groupe est communicatif et c’est vraiment agréable. Ash sait commencer se mettre le public dans la poche (en a-t-elle besoin, les fans sont déjà à ses pieds). Elle peut sembler un peu diva ou froide, mais laisse apparaître un autre visage. Elle s’excusera avec beaucoup d’humour quand, en headbangant, une personne est touchée par ses longs cheveux. Sur “Scream”, elle va descendre dans le public pour offrir calins et selfies à ses fans, tout en chantant.

Les tubes s’enchaînent :”I’m About To Break You”, “Kill Or Be Killed”, “Skeletons”… pour le plus grand plaisir des fans… Et puis… Déjà l’heure du rappel ! Nous aurons droit à… “Come For Me” ! En entier cette fois… puis “Angel Eyes”, un titre en duo avec Chris Motionless. Comme il n’est pas là ce soir, les fans devront donner de la voix pour accompagner le groupe.

Bilan positif, mais un peu décevant pour le concert de New Years Day en tête d’affiche ! On a passé un très bon moment, mais ce fut très court ! 11 titres pour une petite heure de show… le groupe a assuré le minimum syndical. Après la frustration lors du mini set en ouverture d’Halestorm, je reste ce soir encore sur ma faim…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.