INFINITYUM – The War

Date de sortie : 27 mai 2022

Genre : Pagan metal

Label : Heart of Metal Production

Page Facebook

Le groupe nantais INFINITYUM est de retour avec un nouvel album, The War. Il s’agit en fait du dernier volet d’une trilogie initiée en 2017 avec Lord Of The Infinite, puis avec Alliance en 2019. Plus qu’un simple album, The War est donc la conclusion d’un arc narratif nous plongeant dans un univers médiéval/heroic fantasy imaginé par Nicolas, chanteur et compositeur.

Après une introduction nous accordant un dernier instant de quiétude, les hostilités commencent avec «We Are Marching». Force est de constater que le groupe ne s’est pas reposé sur ses acquis. La production donne plus de puissance au son, le mixage entre instruments et orchestrations offre un équilibre très appréciable. Le style aussi a évolué. Si le premier album était qualifié d’epic/pagan metal, le deuxième flirtait allègrement avec le black sympho. Avec The War, c’est en toute logique qu’INFINITYUM explore une autre facette de son univers. «Know Your Enemy» propose un metal à la fois conquérant et mélodique, tandis que le single «Face To Face» et son chant très guttural dévoile un groupe très inspiré par le death. Aucun doute, l’atmosphère s’alourdit, les deux camps sont prêts à s’affronter dans une guerre brutale. Malgré la violence ambiante, le groupe laisse l’auditeur respirer lors de quelques passages en chant clair ou orchestraux et d’une interlude en milieu d’album.

Si le death metal semble plus prédominant sur cet album, le groupe reste toujours aussi épique et conserve son identité, dans un réel souci de continuité. Même si nous découvrons un nouveau chapitre de l’histoire, les protagonistes restent les mêmes. Ainsi, le très bon «Inside The Castle» intègre une touche de black à son death mélodique, quand les flûtes folk metal résonnent sur «Time To Charge». Résultat : The War est un album à la fois extrême, épique, dynamique et suffisamment mélodique pour rester en tête. L’une des grandes forces d’INFINITYUM est cette facilité à harmoniser sa musique et son récit. Il a fallu concevoir chaque titre comme un chapitre au sein d’un album, ce dernier devant être suffisamment différent tout en restant lié aux précédents opus. Quel défi ! L’album se conclue par le théâtral «Necromanceress», puis par un grand final, «End of War».

Fan de pagan metal, de death mélodique, de power musclé, et de metal tout court : voici une petite pépite à ne pas rater ! Inutile d’aller en Europe du Nord, consommons local ! Les Nantais nous rappellent qu’en France aussi, nous avons des groupes qui méritent d’être soutenus. Vivement la prochaine trilogie !

Lire aussi : INFINITYUM | Interview de Rémi Baty

Laisser un commentaire